lokki-logo

Lokki · Page d'accueil

Média ✨

Je suis loueur

voyage
vélo

Nathalie Baillon, cycliste longue distance professionnelle

01 févr. 2024

6 min

Par Frédérique Josse

Nathalie Baillon, <green> cycliste longue distance professionnelle </green> -image
Nathalie Baillon, <green> cycliste longue distance professionnelle </green> -image

Le Petit Récap' - L'article en Bref 🟠

Comment passe-t-on d'une timidité maladive, où l'on évite le ballon en classe de sport, à multiple championne d'ultra-cyclisme ?

La passion et une "petite" appétence pour l'endurance, affirme Nathalie Baillon, avec la modestie qui la caractérise.

Rencontre avec une femme puissante qui utilise son coup de pédale magique pour découvrir le monde.

Au menu*
*un sommaire en gros

L'ultra endurance m'a donné confiance en moi !

img


Bonjour Nathalie ! Pourrais-tu nous parler un peu de toi s'il te plaît ?


Je m'appelle Nathalie Baillon, j'ai 33 ans, j'habite à Grenoble. Depuis deux ans, j'ai transformé ce qui n'était qu'un loisir en véritable profession : je suis cycliste longue distance professionnelle, après une carrière comme ingénieure à Munich.



Comment as-tu réussi à en faire ton métier ?


J'ai eu la chance d'être rapidement remarquée pour mes performances dès mes premières compétitions d'ultra. J'ai souvent été dans les top 10 au général et première femme des compétitions (BikingMan Corsica, la BikingMan Euskadi, Race Across France, B-Hard Ultra Race...)

En 2023, j'ai été la première femme à traverser l’Europe du Sud au Nord, soit plus de 6400 km, en 19 jours, à environ 14,30 km/h de moyenne, arrêt compris.

En parallèle, je documentais mes voyages à vélo sur les réseaux sociaux. Des marques ont commencé à s'intéresser à moi, comme Komoot, et ça m'a permis d'en vivre, grâce à d'autres activités comme le coaching de cyclistes.


D'où vient cette magie sur la pédale ?


Je suis juste passionnée, je crois. J'ai commencé le vélo à 15 ans et j'ai tout de suite accroché. J'avais déjà travaillé mon endurance en parcourant de longues distances à pied pour rejoindre des amies. Comme j'ai toujours été attirée par les voyages, j'ai fait mon premier trip à vélo en Nouvelle-Zélande, en 2018. C'est là que j'ai découvert la longue distance et que je m'y suis mise à fond ! De retour en Europe, je me suis équipée d'un vélo haut-de-gamme et de sacoches de bike-packing et j'ai effectué ma première randonnée de 1000 km en moins de 60 heures.



img

À l'Ultr'Arverne: un ultra de 780 km sur route © Instagram Nathalie Baillon



Est-ce que l'ultra t'a changé en tant que personne ?

Petite, j'avais une timidité maladive. Les sports de ballon étaient insupportables : si on me lançait la balle, je ne réagissais pas ! Le vélo m'a aidé à progresser seule dans mon coin, sans avoir à subir le jugement des autres. Aujourd'hui, je reste introvertie, mais je n'ai plus peur d'aller vers les gens, grâce au vélo.

« Les femmes ont plus de mal à se lancer. Même quand elles ont un très bon niveau, elles se croient débutantes »


Pourquoi les femmes sont-elles si peu présentes dans les courses ?


Les femmes ont plus de mal à se lancer, parce qu'elles se sous-estiment. La plupart affirment qu'elles sont débutantes quand elles ont déjà un super niveau ! Le syndrome de l'imposteur fait encore des ravages... C'est donc fondamental de les aider à prendre conscience de leurs compétences.


« Pour faire de longues distances à vélo, il faut travailler son endurance, mais surtout se montrer résilient »


Quelles compétences faut-il avoir dans le voyage à vélo et le cyclisme ?


De l'endurance ! Pour le travailler, on peut faire des longues heures à basse intensité, élever les seuils d'endurance ou s'entraîner à rester longtemps dans son seuil d'endurance maximum. Je trouve aussi très intéressant de travailler d'autres disciplines comme le sprint.


Mais le plus important, c'est de travailler sa résilience, sa capacité à trouver des solutions, ne pas se décourager. Il faut avoir un objectif et savoir pourquoi on le fait, sinon, à la moindre difficulté, on abandonne.



img


"Un des défis de la Silk Road Mountain Race est l'alimentation 🍉 Lors de la dernière édition, une grande partie des participants ont abandonné à cause de problèmes gastriques 🤢" © Instagram Nathalie Baillon



Est-ce que tu as des conseils sur l'alimentation pour allier voyage et longue distance ?


Il faut apprendre à se connaître, en testant pour savoir ce qu'on digère bien ou non. Moi, j'aime bien la nutrition liquide, car ça apporte des calories faciles à digérer. Les recommandations sont de 100 grammes de glucide par heure, mais si tu arrives à ingérer 60 grammes, c'est déjà bien. Surtout, manger régulièrement, ce que son estomac supporte le mieux et ... anticiper ce que l'on va trouver sur place parce qu'on ne peut pas tout transporter sur son vélo.



img
📷 @photonomades_production © Instagram Nathalie Baillon



Et le sommeil ?


C'est pareil, c'est personnel et ça dépend de la longueur de la course. Je ne suis pas une grosse dormeuse, donc sur des petites courses, je ne dors pas ou je fais juste des siestes de 10 minutes si vraiment, je sens que c'est dur.

Et puis il y a les courses de plus d'une semaine. J'essaye de dormir 3 ou 4 heures par nuit et de faire des siestes dans la journée si besoin. Mais il existe différentes stratégies : tout dépend de ses capacités et de ses besoins !


« Les courses que je préfère sont celles où il y a un tracé obligatoire . Pour autant, j'étudie toujours le tracé auparavant »



img

Découverte de Lunéville et son château © Instagram Nathalie Baillon



Et pour le tracé ?


Les courses que je préfère sont celles où le tracé est obligatoire, car il suffit de le suivre. Ceci dit, il faut toujours étudier le parcours en amont, pour voir se ravitailler et où dormir.

Mais il y a aussi des courses aux tracés libres où on doit juste relier des checkpoints. Pour ceux qui, comme moi, visent le classement, il faut trouver l'itinéraire qui va le plus vite possible, où tu peux te ravitailler et surtout, éviter le maximum les difficultés.

Parfois, ça vaut le coup de rallonger la distance pour avoir moins de dénivelé ou de dévier pour éviter le vent de face. Là encore, tout dépend de son profil : est-ce qu'on est bon grimpeur ? Fort sur le plat ? Ça s'apprend petit à petit.




img

Rares sont les photos de son Insta sans son fidèle destrier... mais toujours casquée 💙 © Instagram Nathalie Baillon


« Je choisis mes courses en fonction des lieux que j'ai envie de découvrir . Je fais rarement deux fois la même ! »


Où est-ce que tu trouves ton plaisir, dans ces courses ?


Dans les paysages surtout, même s'il y a évidemment aussi le plaisir de me dépasser et de réaliser une performance ! Je choisis mes courses en fonction des lieux que je pourrai découvrir. C'est aussi pour ça que je fais rarement deux fois la même compétition.



img
En mai 2023, Nathalie a été la première femme à traverser l'Europe de Tarifa à Cap Nord, à travers 12 pays, en 18 jours, 15 h00, 27 minutes ! 🥳 © Instagram Nathalie Baillon



Comment tu gères la peur et la souffrance ?


Pour gérer ma peur, j'essaie d'être rationnelle. La première nuit dehors, j'ai très mal dormi. J'avais peur qu'on me vole mon vélo, qu'on vienne me tuer la nuit 😂 ! Aujourd'hui encore, je prends des précautions, je me renseigne sur les endroits où je vais, je campe uniquement dans des endroits isolés. Mais la plupart des gens sont super généreux.


Par rapport à la peur de l'échec, j'avoue que je suis très têtue... donc je n'abandonne jamais, à moins d'avoir un problème physique ou mécanique. Mais si je devais abandonner, je le considèrerais comme un apprentissage. À quoi bon continuer coûte que coûte quand on ne prend pas de plaisir ?

La minute culture de Nathalie Baillon

img


Une musique pour les montées : Unstoppable -Sia


Une musique pour les descentes: Don't stop me now - Queen


Un livre pour comprendre le vélo: Cyclisme et optimisation de la performance, Frédéric Grappe

Tu kiffes ?
Frédérique Josse-image

Meet Frédérique Josse - À propos de l'auteur

Chaque jour, j'essaie de comprendre comment évolue le tourisme. J'écris sur le tourisme durable, l'outdoor et l'économie circulaire.

En savoir plus

Suivez-moi sur ces réseaux

D'autres articles (presque) aussi sympas pour te faire Kiffer 🤓

<blue>Planche de surf pour débuter</blue> : Comment bien la choisir ?
Conseils 💡

Planche de surf pour débuter : Comment bien la choisir ?

24 févr. 2024

5 min

Sébastien Bourru

<green> Toute première fois </green> : L’escalade à Fontainebleau
💭 CA FAIT REVER

Toute première fois : L’escalade à Fontainebleau

22 févr. 2024

4 min

Sandra Jacques

<red>Origine du surf</red> : Comment, quand et où est-il né ?
Conseils 💡

Origine du surf : Comment, quand et où est-il né ?

19 févr. 2024

5 min

Sébastien Bourru

Communauté