lokki-logo

Lokki · Page d'accueil

Média ✨

Je suis loueur

Conseils cyclistes
Culture cycliste

Pourquoi les cyclistes se rasent-ils les jambes ?

06 sept. 2023

6 min

Par Sébastien Bourru

<blue>Pourquoi</blue> les cyclistes se rasent-ils les jambes ?-image
<blue>Pourquoi</blue> les cyclistes se rasent-ils les jambes ?-image

Le Petit Récap' - L'article en Bref 🟠

Jamais compris pourquoi les cyclistes se rasent les jambes ? De l'aérodynamisme à la pure esthétique en passant par les doux massages et les petits bobos, on dévoile tout. Oui, même ce débat épineux : rasoir ou cire, quel camp choisir ? 🤔


Allez, enfourchez votre curiosité, laissez la routine au vestiaire et pédalez avec nous à travers cette exploration fascinante ! Qui sait, à la fin, vous pourriez même envisager de rejoindre la ligue des jambes lisses. 🚴‍♂️🎉

Au menu*
*un sommaire en gros

💡 Les raisons pratiques derrière ces jambes lisses

Le monde du cyclisme est rempli de mystères pour le commun des mortels. Pourquoi ces tenues moulantes ? Pourquoi ces lunettes si grandes ? Et bien sûr, pourquoi ces jambes impeccablement lisses ? Ce n'est certainement pas une mode gratuite ou une tendance passagère. Dans le cyclisme, chaque choix a sa raison, chaque décision son histoire.


🌬 L’aérodynamisme : vitesse et légèreté sur deux roues


Commençons par la raison qui nous est tous venue à l’esprit en regardant le Tour de France : se raser les jambes permet de gagner en aérodynamisme. Mais avant de vous lancer tête baissée dans l'arrachage de tous vos poils 😱, prenons quelques secondes pour démystifier tout ça.


Certes, sur le papier, ça semble logique. Moins de poils = moins de résistance = plus de vitesse. Sauf que, en réalité, l'importance de l'aérodynamisme pour nos jambes rasées est un mythe. Enfin, espérer grappiller quelques dixièmes de seconde sur une balade de 3 heures… peut-être qu'il y a de meilleures raisons pour sortir le rasoir ! 🪒 (spoiler : elles arrivent 🎉)


img


🎨 Esthétique et appartenance : plus qu'un look, une signature !


Soyons francs, le cyclisme, c'est un peu notre grande famille un brin déjantée, non ? Et dans cette famille, on a notre petit truc à nous pour se reconnaître : ces jambes plus lisses qu'une piste de danse à Paris ! 🕺


C'est comme notre tatouage, notre cri de ralliement. En clair, c'est notre façon de dire : "Hey, je fais partie de la bande !". Bref, c'est un peu notre carte de visite roulante (C’est bon vous l’avez ? 😅).


Et entre nous, qui n'a pas un petit pincement au cœur, un brin de fierté, quand on montre haut et fort qu'on est de la team des mordus de la petite reine ? 😎


😌 Le confort des massages : quand douceur rime avec performance


Après une longue balade à vélo ou une étape éreintante, quoi de mieux qu'un bon massage pour détendre ces muscles endoloris et récupérer ? 🚴‍♂️ (À part si vous profitez d’une pizza XXL, mais c'est une autre histoire ! 😋)


Ici, on ne parle pas d'un massage dans une salle éclairée à la bougie avec une musique douce en fond. Non, non ! En lieu et place, les massages dans le cyclisme sont une affaire sérieuse, un rituel sacré pour chaque coureur. Et c'est là que nos jambes sans poils entrent en jeu.


Imaginez la scène : après une compétition acharnée (ou une balade en vélo électrique autour de votre village, on ne juge pas 😅), vous vous allongez sur une table de massage, prêt(e) à savourer ce moment. Les mains expertes du masseur ou de la masseuse glissent sur votre peau avec une douceur et une précision inégalées, sans le moindre obstacle. C'est le nirvana du sportif ! 😍


Les jambes rasées offrent une surface lisse, permettant une meilleure application des huiles et crèmes, une meilleure adhérence et, bien sûr, un confort optimal pendant le massage. C'est comme plonger dans une piscine d'eau douce après une journée sous le soleil brûlant (sans les enfants qui éclaboussent, bien sûr ! 🧒). C'est cette sensation de fraîcheur et de légèreté qui vous envahit.


🛁 L'hygiène en cas de blessures : moins de poils, moins de soucis ?


Si on devait évoquer une autre raison (peut-être la plus valable de toutes ?) pour laquelle les cyclistes choisissent de faire le grand saut, ce serait pour l'hygiène, notamment en cas de blessure.


img


Oui, oui, on sait que les routes ne sont pas exactement des tapis moelleux et que chaque sortie à vélo comporte son lot de risques. D'ailleurs, qui parmi nous n'a jamais eu une petite chute, un bras éraflé ou un genou écorché lors d'une étape un peu trop ambitieuse ? 🤕


Une peau sans poils facilite grandement le nettoyage et le traitement des plaies. Essayer de désinfecter une éraflure avec une forêt de poils en travers n’est pas vraiment le rêve, n'est-ce pas ?


Et puis, entre nous, si vous avez déjà essayé de mettre un pansement sur une zone poilue, vous savez à quel point c'est... disons... un sport en soi ! 🤣 Et quand vient le moment de le retirer ? Aïe ! C'est presque aussi douloureux que de regarder votre équipe de football préférée perdre lors des jeux olympiques (des fans de foot ici ? ⚽).

🪒 S'épiler ou se raser ? Le dilemme des cyclistes

Ah, le grand débat qui agite la communauté cycliste depuis des années (la mode entière devrais-je dire ! 🤯) ! Chacun a ses avantages, ses inconvénients et, bien sûr, ses fervents défenseurs. Alors, que choisir ? S'épiler ou se raser ? Il n'y a pas de mauvaise réponse, juste une préférence personnelle. Mais pour vous aider à faire un choix éclairé, penchons-nous sur les deux méthodes.


🚿 La douceur du rasage traditionnel : rapide et efficace ?


Opter pour le rasage, c'est choisir la route la plus directe lors d'une étape de montagne : c'est rapide, efficace et vous savez à quoi vous attendre. C'est une méthode que beaucoup de coureurs privilégient pour sa simplicité et sa rapidité. Une lame, un peu de mousse ou de gel, et hop, en quelques minutes, vous avez des jambes douces comme la soie, prêtes à affronter le monde (ou du moins le parcours du jour). 💪


Le rasage a aussi ses inconvénients. Il peut irriter la peau, surtout si on le fait trop souvent, et les poils repoussent rapidement. De plus, si vous n'êtes pas prudent(e), vous risquez de vous couper, ce qui n'est jamais agréable. Mais si vous êtes du genre à aimer les routines simples et efficaces, le rasage pourrait être la solution idéale pour vous. 👌


🐝 Épilation à la cire : douleur sur le moment, tranquillité sur le long terme


L'épilation à la cire, c'est un peu comme ces étapes mythiques du Tour de France : ça fait mal sur le coup, mais le plaisir d'arriver en haut est incomparable (surtout avec de bons résultats 😎) ! 🚵‍♂️ Et cette douceur qui dure, ah, quel bonheur !


img


Cette méthode est privilégiée par celles et ceux qui cherchent une solution à plus long terme que le rasage. Plus besoin de se soucier de ses poils pendant plusieurs semaines. Au-delà de ce confort, l'épilation à la cire offre aussi une repousse plus fine et moins drue. (adieu à la forêt amazonienne et bonjour à la pelouse bien entretenue ! 🌱)


L’inconvénient ? Si vous êtes du genre impatient(e), attendre que les poils soient suffisamment longs pour une nouvelle épilation peut être un brin frustrant. Sans parler de l'instant "retrait de la bande de cire" qui peut vous rappeler certains retours difficiles lors de vos sorties les plus épiques. 😮

Route lisse
Sébastien Bourru-image

Meet Sébastien Bourru - À propos de l'auteur

Amoureux fou de la randonnée, j'analyse les tendances outdoor et explore internet à la conquête des meilleurs conseils et astuces pour se lancer à l'assaut du tourisme sportif.


En savoir plus

Suivez-moi sur ces réseaux

D'autres articles (presque) aussi sympas pour te faire Kiffer 🤓

<blue>Planche de surf pour débuter</blue> : Comment bien la choisir ?
Conseils 💡

Planche de surf pour débuter : Comment bien la choisir ?

24 févr. 2024

5 min

Sébastien Bourru

<green> Toute première fois </green> : L’escalade à Fontainebleau
💭 CA FAIT REVER

Toute première fois : L’escalade à Fontainebleau

22 févr. 2024

4 min

Sandra Jacques

<red>Origine du surf</red> : Comment, quand et où est-il né ?
Conseils 💡

Origine du surf : Comment, quand et où est-il né ?

19 févr. 2024

5 min

Sébastien Bourru

Communauté